Prévention du Suicide

Ressources immédiates en prévention du suicide:

Urgence suicidaire: Info-Santé 8-1-1

Urgence médicale: 9-1-1

Haut risque:

1: 1-866 APPELLE (277-3553)

2: Hôpital de Gatineau, 909 Boulevard La Vérendrye, Gatineau, QC J8P 7H9

3: Centres de prévention du suicide en Outaouais:

  • Centre 24/7
  • Suicide Détour

Risque:

1: Tel-Jeunes 1-800-263-2266

2: Ligne Parents 1-800-361-5085

Conseils pour aider une personne suicidaire:

  • Écoutez la personne et montrez-lui que vous comprenez à quel point elle est en détresse. Rappelez-vous qu’il y a toujours une partie de la personne suicidaire qui veut vivre, et ce, jusqu’à la dernière minute. Votre aide peut faire grandir cette volonté de vivre.
  • Prenez la personne au sérieux. Évitez de vous moquer d’elle, de lui faire la morale ou de la provoquer.
  • Vérifiez si la personne pense au suicide. Si elle y pense, cherchez à savoir comment et quand elle prévoit s’y prendre. Plus son plan est précis, plus vous devrez agir rapidement.
  • Dites-lui que vous vous inquiétez pour elle.
  • Encouragez la personne à chercher de l’aide et accompagnez-la au besoin. Aidez-la à chercher des solutions, mais évitez de tout faire à sa place.
  • Respectez vos limites. Rappelez-vous que vous n’êtes pas responsable des actes de la personne suicidaire.
  • Ne restez pas seul. Allez chercher de l’information et du soutien auprès d’un intervenant qualifié. Vous n’avez pas à considérer ce que la personne vous a confié comme un secret. Ne pas en parler risque de limiter les interventions possibles et de vous faire porter seul la responsabilité du mieux-être de l’autre. Consultez la section Aide et ressources pour trouver un intervenant qui pourra vous aider.
  • Engagez-vous à être discret dans vos démarches pour obtenir de l’aide afin de respecter la personne qui souffre. Par exemple, évitez de parler de ce que vit la personne à voix haute en public.

Conseils d’ami:

  • Une personne suicidaire, dans la majorité des cas, voit le suicide comme la seule option qui lui reste pour échapper à sa souffrance, même si rationnellement, ce n’est pas le cas. Ainsi, le rationnel d’une personne suicidaire est biaisé, et le rationalisation n’est pas un moyen efficace d’essayer d’arrêter le suicide d’autrui. La personne suicidaire aura tendance à penser que vous ne comprenez pas sa situation, ainsi que vos conseils rationnels sont biaisés et ne s’appliquent pas à sa situation personnelle.
  • Plutôt, dans la majorité des cas, la personne suicidaire a le besoin de se sentir comprise. Elle a besoin de sentir que ce qu’elle vit et ressent est normal selon sa situation, et qu’elle n’est pas seule à le voir ainsi. Ainsi, au lieu d’essayer des arguments rationnels, tentez plutôt de comprendre la personne, d’empathiser et de refléter ce qu’elle ressent. Vous pouvez faire ceci en identifiant et verbalisant ses émotions et leurs raisons d’être. Ainsi, la personne suicidaire se sentira comprise. C’est un moyen beaucoup plus efficace de donner espoir à la personne suicidaire, car elle sait que vos conseils incluent une compréhension de sa situation actuelle. Cela peut lui faire croire qu’il est possible de se sortir de sa situation, car d’autres comprennent ce qu’elle vit, et ainsi, d’autres ont potentiellement passé par le même chemin en ayant survécu.

Reconnaître les signes:

Il faut être vigilant. Les personnes qui pensent au suicide donnent généralement des signes de détresse ou des indices de leurs intentions qui peuvent alerter leurs proches, leurs amis ou leurs parents.

Ces signes peuvent être des mots, des comportements, des émotions ou des indices cognitifs.

Exemples de mots employés

La personne qui a des idées suicidaires peut utiliser certains mots significatifs :

  • « Je veux en finir. »
  • « Je vais me tuer. »
  • « Vous seriez tellement mieux sans moi. »
  • « Je suis inutile. »
  • « J’ai tout raté dans ma vie. »
  • « Je serais bien mieux mort. »
  • « La vie ne vaut pas la peine d’être vécue. »

Exemples de comportements adoptés

Certains comportements peuvent indiquer qu’une personne a l’intention de se suicider. Par exemple, la personne peut :

  • s’isoler et préférer être seule;
  • faire de l’ordre dans ses affaires personnelles (par exemple, vérifier que ses papiers d’assurance vie sont à jour, s’assurer qu’elle ne laisse rien qui pourrait nuire à son entourage);
  • montrer un grand intérêt pour les armes ou les médicaments;
  • donner des objets personnels;
  • consommer de l’alcool, des drogues ou des médicaments de façon inhabituelle;
  • être agitée ou, au contraire, manquer d’énergie;
  • rédiger son testament ou une lettre d’adieu;
  • avoir des troubles du sommeil ou de l’appétit;
  • négliger son apparence et son hygiène.

Exemples d’indices émotionnels et cognitifs

On peut aussi observer certaines émotions et modifications du fonctionnement intellectuel chez une personne qui a des idées suicidaires. Ainsi, la personne peut paraître :

  • triste;
  • découragée;
  • agressive;
  • irritable, c’est-à-dire se mettre en colère facilement;
  • ennuyée, comme si elle n’avait pas de plaisir.

La personne peut également :

  • avoir de la difficulté à se concentrer;
  • parler de façon confuse et incohérente;
  • manquer de motivation;
  • avoir des pertes de mémoire;
  • être indécise.

Il faut faire attention si l’humeur de la personne s’améliore soudainement. Ce changement peut être trompeur : il peut vouloir dire que la personne a planifié son suicide. La personne ne va pas mieux, mais selon sa façon de voir les choses, elle croit qu’elle arrêtera bientôt de souffrir ou de faire souffrir les autres.

Pour plus d’information, veuillez visiter le site de prévention du suicide du gouvernement du Québec:

Ou le site de l’Association Québécoise de Prévention du Suicide: